Le lait

vachou

Le procès du lait

On nous ment depuis trop longtemps sur le lait .

On se sert de croyances anciennes et populaires pour nous vendre ce breuvage, que les scientifiques et les nombreuses études ont révélé toxiques pour nous humains !

Mais pour commencer, d’où viennent ces croyances ancestrales qui font du lait un symbole de pureté ? Serait-ce sa couleur blanche qui équivaut à une pureté originelle ? Dans la mythologie, on considère souvent le lait comme un mets réservé aux dieux et on leur donne en offrande, comme si, eux seuls, étaient capables de l’assimiler sans s’empoisonner. Et après tout c’est le lait d’une louve qui sauva Remus et Romulus fondateurs de Rome. Les pages de la Bible sont remplis de terre promise et d’abondance ou le lait coule à flots. Le lait c’est la vie, c’est la première chose que la mère partagera avec son nouveau-né.

 

 

loup

 

Par la suite sur le banc de l’école on va nous gaver de lait car c’est bon pour notre croissance afin que l’on ait des os costauds grâce au calcium qu’il contient en abondance. A l’âge adulte le lait est souvent aussi considéré comme une boisson « anti-alcool ». Il est de bon ton pour une image de pleine santé de boire du lait. L’image du sportif se réhydratant après l’effort avec du lait et même plus favorable que la simple utilisation de l’eau.

En vieillissant on ne va pas couper le cordon avec celui qui était présent à notre naissance, à cette partie de notre vie encore nous avons besoin de lui pour solidifier la base de notre corps, nos os, avec son calcium. Tel un ami sur qui on peut compter le lait nous suit durant toute notre histoire, aussi bien à l’échelle de la civilisation humaine qu’à titre personnel.

Pourtant ce n’est que depuis une soixantaine d’années que la proportion de produit laitier est devenue aussi importante dans notre façon de manger. Étrangement cela concorde parfaitement avec le début de l’industrialisation alimentaire. Peu importe nous sommes attachés au lait pour des raisons sensorielles, émotionnel, affectifs commerciales et olfactives . Nous avons la certitude que c’est un aliment bénéfique pour la santé et l’opinion publique nous rassure sur le sujet en nous certifiant ce que l’ont pensé déjà : les produits laitiers sont nos amis pour la vie.

Les idées reçues ont la vie dure et les mentalités ont encore du chemin à faire avant d’évoluer.

Cependant, nous qui avons fait l’expérience , « au combien dangereuse » je le reconnais ,  de supprimer définitivement les produits laitiers de notre alimentation, possédons une arme redoutable pour nous défendre contre ces croyances infondées. Il s’agit de l’information : Je n’ai pas consommé de produit laitier depuis des mois et je suis là bien vivant , bénéficiant d’une santé optimale et d’une énergie inépuisable . Coïncidence ?

Informons-nous donc sur ces « soi disant » bienfaits du lait :

 

Le lait c’est bon pour les enfants

Il favorise la croissance c’est bien connu. Tellement qu’en fin de vie nous nous retrouvons avec des organes de veaux. Pratique non ? Le lait est adapté aux veaux qui vont prendre 360 kg sur leur première année de vie c’est-à-dire 1 kg par jour . Comparativement à l’homme avec le lait de sa mère c’est 5kg par an. Voilà qui est déjà plus raisonnable. Le lait de vache contient beaucoup trop de facteur de croissance, à l’inverse en cancérologie les médecins utilisent des anti facteurs de croissance. On nous indique donc de nous gaver de facteurs de croissance pour qu’une fois malade ou nous soigne avec leur contraire. Discutable n’est – ce pas ?

De plus boire du lait de vache après 3 ans oblige l’organisme à fabriquer de la lactase et la présence de lactase dans l’intestin déséquilibre notre flore et produit gaz et ballonnements.Les molécules et les protéines du lait de vache sont très grosses et cela demande à notre foie de faire de très gros efforts pour les dégrader.

Le lait c’est aussi bon pour les adultes

Nos besoins réels en calcium vont de 400 à 500 mg par jour. Pourtant certaines recommandations indiquent jusqu’à 1200 mg par jour. Pourquoi une si grande différence ? Afin de nous faire rentrer dans un système d’esclavage du produit laitier qui est « apparemment » la seule source de calcium. S’il n’y avait pas autant de publicité consacrée au lait et au calcium qu’il contient, s’en soucierait-on autant? Rien n’est moins sûr. Après tout une moitié de la population mondiale n’a jamais bu de lait de vache et s’en porte très bien .

tableau cal( tableau comparatif d’aliments contenant du calcium )

 

Rétablissons les faits. Le calcium est effectivement présent en grande quantité dans les produits laitiers. Ce qu’on omet de dire cependant, c’est qu’il y en a seulement 30 % d’assimilable par l’organisme. Autrement dit, votre corps n’absorbera au mieux que 55 des 189 mg du calcium contenus dans une tasse de lait. Le calcium des légumes est quant à lui deux fois mieux assimilé , c’est à dire de 60 à 70 % .

On le voit, il est beaucoup plus facile qu’on nous le laisse croire de combler ses besoins en calcium autrement qu’avec des produits laitiers. D’ailleurs, les guides alimentaires devraient toujours proposer des substituts : ça n’a aucun sens que l’on soit limité à un seul type d’aliment, surtout lorsque plusieurs personnes ne peuvent le tolérer.

 Le lait c’est bon pour les bébés

 

Pourquoi de nombreux bébés sont maintenant violemment allergiques aux laits en poudre pour biberons ? Que font les pédiatres ? Et bien on change de marque. Réflexion très intelligente, si une marque ne fonctionne pas on en « test » une autre. Et là c’est pareil , même symptômes. Durant ces phases de test la situation empire, s’aggrave , devient irréversible ? Et tout cela à partir d’un enfant qui était en parfaite santé et qui avait simplement le tort d’essayer d’éliminer le poison avec lequel on le nourrit.

 

 

enfant

 

Mais alors, qu’en est-il des bébés qui réagissent aussi au lait du sein de leur mère ? Doit-on également changer de mère ? Oh non bien sûr quel scandale ! Je m’explique : tout ce que la mère consomme passe dans le sein . Si la mère consomme des fast-foods toute la journée son lait est aux hamburgers frites, des sodas, du lait au soda, et du lait de vache … Le lait devient du lait de vache! Bizarrement il existe des bébés où l’on décèle rapidement l’intolérance au lait et ces derniers poussent très bien uniquement avec des pots de légumes ou de l’eau de coco.

 Le lait c’est bon pour les sportifs 

 

Dans la croyance populaire le sportif a besoin de protéines et le lait est très riche en protéines c’est bien connu. Oui mais voilà près de 80 % des protéines de lait sont constituées de caséine, elle était autrefois utilisée pour fabriquer des colles, pour améliorer l’adhérence des enduits et badigeons à la chaux, ainsi que pour la préparation de peintures, on l’utilisait aussi pour coller des meubles, coller les étiquette de bière sur les cannettes ou dans l’antiquité les romains décoraient avec  les fresques de leurs habitations! Pensez à ce que cette colle peut provoquer dans votre organisme. Certains sportifs l’utilisent cependant en compléments alimentaire car elle serait une des protéines qui se digèrent le moins vite . On comprend maintenant pourquoi …

 

 

caseine

 

Comme la caséine est une protéine étrangère, le corps crée des anticorps pour la neutraliser. Cette réaction antigène/anticorps fait sécréter de l’histamine et engendre une intense production de mucus, voire de pus, et surtout d’inflammations (sinusites otites, bronchites…). De nombreux chercheurs pensent que la caséine est la principale substance responsable des inflammations articulaires que l’on voit dans les arthrites rhumatoïdes, tendinites etc. Cela expliquerait pourquoi la suppression de tout produit laitier permet la plupart du temps le soulagement rapide de ces affections.

Pour conclure sur le lait

 

Si vous n’êtes toujours pas convaincu j’espère au moins avoir fait naitre chez vous un léger doute. Vous savez ce petit doute désagréable qui va vous travailler à chaque fois que vous allez savourer l’onctuosité de votre yaourt préféré aux arômes artificiel de vanille …Miam ! Pourtant afin de vous ôter ce doute il suffirait de faire une expérience personnelle très simple. Elle consisterait à supprimer totalement tous les produits laitiers pendant une durée de 2 à 3 mois, pour voir réapparaître une bonne haleine du matin, un état digestif sans brûlures, ballonnements, constipations ou diarrhées, un état ostéo-articulaire sans tendinites, raideurs, douleurs, crampes nocturnes, fatigue, un état cutané sans acné, eczéma et parfois psoriasis, un état ORL sans sinusites ni glaires, pour retrouver une qualité du sommeil et du réveil que l’on avait oublié…. Ou peut-être même jamais connu. Au pire des cas si toutes ces améliorations ne vous intéressent pas vous pouvez toujours continuer à boire du lait, mais en toute connaissance de cause cette fois …

 

Comment parler du mythe du lait sans évoquer le best-seller de Thierry SOUCCAR :

http://www.thierrysouccar.com/sante/livre/lait-mensonges-et-propagande-201

Pour plus d’informations sur le mythe du lait , consulter ma playlist Youtube .

2 Commentaires

  1. Salut Pierre !

    Et pour aller dans le sens de cet article, voici mon propre témoignage concernant le lait. Etant très sportif également, j’avais pour coutume de consommer du lait (yaourt) plus que de raison. J’ai commencé à me plaindre de douleurs au niveau des reins au point d’être parfois plié en deux. Jusqu’à trouver du sang dans mes urines. Moment de panique. Je consulte évidemment un médecin qui m’envoie de ce pas passer une échographie. Le verdict tombe : calculs rénaux. Je suis surpris, car généralement, il y a calcul rénal (bien souvent) lorsque le sujet ne boit pas assez d’eau. Faisant beaucoup de sport, je bois 2L d’eau minimum par jour et plus par grosse chaleur. Après l’opération (pas eu le choix, le calcul mesurait 1cm de diamètre, d’où les douleurs), j’ai demandé l’analyse du caillou. Résultat : excès de calcium. Comme quoi, les produits laitiers ne sont pas forcément nos amis pour la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *