La vérité sur le Gluten

blédur

Si nous posions la question suivante à un panel de sportif :

«  quel aliment est selon vous le plus adapté avant un effort  ? »

95% d’entre eux vont assurément nous répondre :

« Un bon plat de pâte bien évidemment, l’important ce sont les sucres lents ! »

Certes les pâtes entrent dans cette catégorie de par leur indice glycémique plutôt moyen-bas. Leur gros problème c’est qu’elles contiennent du gluten, et le gluten est pour nous sportif un des aliments les plus nocifs, car son principal inconvénient vient de sa difficulté pour le corps à l’assimiler. Ses larges molécules causent du gaz, des ballonnements et de l’inflammation. Le gluten est à l’ origine de la perméabilité du colon car il désolidarise les cellules qui recouvrent la paroi de l’intestin. Il va créer une paroi imperméable le long de votre intestin et empêchera la bonne assimilation des aliments physiologique.

C’est quoi exactement ?

Le gluten est une petite protéine constituante des farines de céréales panifiables comme le blé, l’avoine, l’orge et le seigle. Mais toutes les céréales en contiennent plus ou moins. Quand on parle de l’intolérance au gluten, il s’agit d’une hypersensibilité de l’organisme à certaines protéines céréalières le plus souvent  mutées et cuites comme le pain, les pâtes, les gâteaux, etc. Pour la fabrication du pain, une farine riche en gluten donne une pâte qui se travaille plus facilement.
lwhekccfoutudixyftbp

Sa substance collante empêche les produits de boulangerie de s’émietter et apporte à toutes les pâtes levées une texture aérée et moelleuse. Le gluten entre aussi dans la composition des aliments transformés et emballés. On en trouve dans les biscuits, les pâtes,  mais aussi dans les produits lyophilisés bouillons, sauces, aromates, certaines boîtes de conserve, les plats préparés, mais aussi dans les fruits secs et dans certains chocolats.

Comment en est-on arrivé là ?

On me dit souvent que le sans-gluten est une mode, avec pour argument que nos ancêtres consomment du blé depuis 10 000 ans sans avoir de problème etc. Certes, cependant il faut bien comprendre que ce n’est que depuis quelques années que le blé est transformé à ce point, le réel danger vient de là , du blé moderne !

Si le blé est consommé depuis des milliers d’années, l’intolérance au gluten est, elle, beaucoup plus récente. Début du 20ème siècle, lors de la révolution industrielle, on découvre les vertus du gluten sur la panification. Il est en effet responsable de l’élasticité de la pâte malaxée ainsi que de la masticabilité des produits à base de céréales cuits au four. Les agriculteurs ont alors abondamment sélectionné les grains qui en contenaient le plus, ou du moins on leur a fourni … mais ceci est un autre débat.

 

céréales

A gros coup de croisements et de manipulation, l’industrie agroalimentaire est parvenue en quelques décennies à fabriquer une farine blanche facile à lever et à pétrir mais par contre ultra riche en gluten. Si les industriels se sont frotté les mains, ce sont les consommateurs qui ont payé les frais de cette manipulation. En quelques années, le nombre de personnes intolérantes au gluten a grimpé en flèche sans parler de ceux atteints de maladie cœliaque.

Intolérances ou non ?

 

Vous vous dites que vous n’êtes pas sujet à ces intolérances ni à ces maladies donc pourquoi vous priver des aliments qui contiennent du gluten , alors qu’à côté de ça ils nous fournissent de nombreux avantages ?

Posons-nous simplement la question de l’origine de ces maladies. Pour expliquer simplement, il s’agit en fait d’une réaction immunitaire de l’organisme. Notre intestin est recouvert de villosité, des petites branches repliées qui permettent l’absorption des nutriments. Avec un apport quotidien de gluten (et oui il est partout donc chaque jour nous en remettons une couche) les parois intestinales s’en retrouvent recouverte. Comme pour la caséine dans le lait, le gluten est une véritable colle qui s’attache à nos parois intestinales. Une fois la villosité couverte de gluten cela va créer une inflammation et l’organisme va se défendre et détruire ces villosités qui permettent la bonne absorption des nutriments. La seule différence entre une personne intolérante et une personne tolérante est l’apparition de cette inflammation. En gros si vous tolérez le gluten, votre organisme va uniquement « accepter » d’avoir cette colle en permanence au sein de ses intestins .

 

rrfrfr

 

« Aucun problème d’ordre médical alors ! » Continuerons de m’affirmer les plus sceptiques . Mais au lieu de manger une assiette de crudités avec quelques fruits pour vous rassasié, vous allez avoir besoin d’un bon steak frites accompagné d’une demi-baguette , car un repas sans pain ce n’est pas possible n’est-ce pas?  Rajouter à cela une bonne assiette de fromage suivi d’une magnifique coupe de glace ou d’un bon gros yaourt , sinon vous allez encore avoir un petit creux.

Si vous vous identifiez dans cette description c’est que vous êtes accro au gluten et qu’il n’y a qu’un apport important en pain, pâtes et divers féculents qui peuvent vous offrir cette sensation d’être repu. Cependant ce ne sont pas vos besoins réels,c’est uniquement la cause d’un encrassage intestinal important ! Conséquence, prise de poids, carences, dysfonctionnements de l’assimilation des nutriments …

Les difficultés d’une alimentation sans gluten

 

En effet, s’il est présent dans des aliments évidents comme le pain ou les pâtes, il se cache aussi dans certains fromages, charcuteries, confitures, bière, whisky, yaourts, mélanges d’épices,… ou encore dans les sauces et plats préparés. Ne l’oublions pas le gluten est un liant extrêmement efficace.
glutena

En règle générale, il donc est recommandé de privilégier les produits frais, fruits et légumes. Les céréales suivantes sont également autorisées : riz, maïs, millet, sarrasin, sorgho, quinoa, amarante, teff ainsi que les plantes à féculent comme le manioc ou la pomme de terre…  Et heureusement, on trouve de plus en plus de produits labellisés sans gluten dans nos grandes surfaces et même dans certains restaurants. De quoi faciliter la vie des personnes qui sont intolérantes. Malgré tout méfiez-vous des produits transformés sans gluten, en effet les industriels surfent sur cette vague du free-gluten et mettent à la place des liants encore plus nocifs mais pour l’instant inconnu du grand public.

L’exemple des États-Unis

Actuellement aux États-Unis la consommation de blé n’a jamais été aussi basse depuis plus de 20 ans. Cela est dû au nombre grandissant de personnes qui se mettent au régime free-gluten en raison d’une maladie cœliaque, d’une sensibilité au gluten réelle ou supposée, de maladies auto-immunes, ou par choix personnel. Les chiffres parlent d’un américain sur trois ce qui représente environ 100 millions de personnes, ce qui engendre un manque à gagner énorme pour les industriels qui sont obligés de reformuler leurs recettes ou les enseignes de restauration rapide qui se voit contrainte d’adapter leur menu.

Cependant, ce mouvement a ses contradicteurs : médecins, journalistes, industriels, pour lesquels seuls les personnes souffrant de maladie cœliaque peuvent tirer un bénéfice d’un régime sans gluten. La même attitude de déni se retrouve en France.

Alors pourquoi ce déni provenant des autorités alors que les témoignages positifs grandissent ? Assistons-nous enfin à une révolution anti-malbouffes par le billet des régimes free-gluten? Et si tel est le cas, pourquoi ces régimes sont ils stigmatisés par l’opinion publique ?

 

Si vous désirez affiner vos connaissances à propos du Gluten vous pouvez vous procurer le livre de Julien Venesson qui vous en apprendra énormément sur la question .

http://www.julienvenesson.fr/portfolio/gluten-comment-le-ble-moderne-nous-intoxique/

Pour plus d’informations sur le Gluten en vidéo c’est par ici !

https://www.youtube.com/watch?v=lcelBHfGYOM

 

 

 

2 Commentaires

  1. Merci pour cet article très instructif et clair qui m’a permis enfin de comprendre ce qu’était le gluten et ses graves conséquences sur notre santé. Mais au-delà du fait de nous-mêmes modifier nos habitudes alimentaires, pour nous tourner vers une alimentation intelligente et saine, comment remettre en question et faire tomber cette industrie de masse qui nous empoisonne la vie. Soyons réalistes, il n’est pas aisé pour tous de changer du jour au lendemain d’alimentation, surtout lorsque celle-ci est ancrée dans des habitudes ou traditions, ou encore lorsque le porte-monnaie ne le permet pas. Certes, les magasins bio se développent, voire carrément deviennent « tendances », mais en attendant rien ne change du côté des multinationales agroalimentaires qui se font de l’argent au profit de notre santé. Peut-on réfléchir à une action plus collective? En tout cas, c’est désespérant de voir autour de soi des personnes de plus en plus malades et de se sentir impuissants.
    Bonne continuation et encore merci de partager des articles aussi intéressants.
    (C’était mon coup de gueule du jour :p)

    • il faut donc en parler autour de soi, transmettre ce message à tous nos contacts, afin que les gens n’achètent plus ces cochonneries et se nourrissent plus sainement ; on ne peut pas compter sur les gouvernements à la solde des industriels ; donc le mouvement doit venir de la base ; quand personne n’en achètera plus ….il faudra bien que les industriels changent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *